Portefeuille Frontier

Produit

Injecter et stocker le carbone directement dans des produits utilisables, comme le béton.

Élimination permanente du carbone

15 % des dépenses du fonds

L'humanité s'est dotée de la capacité de capturer le CO₂ de l'atmosphère à l'aide de technologies comme la capture directe du dioxyde de carbone, qui aspire le carbone directement de l'air ; ou encore le captage et le stockage du dioxyde de carbone (« Carbon Capture and Storage » ou « CCS », en anglais), qui permet d'intercepter les émissions des cheminées avant qu'elles n'atteignent l'atmosphère.

Mais comment monétise-t-on le CO₂ capturé ? C'est un obstacle majeur pour le marché de l'élimination du carbone. Si le CO₂ devient un produit valorisable, il se transforme aussi en opportunité commerciale lucrative.

À l'heure actuelle, l'essentiel du CO₂ capturé est destiné à la récupération assistée du pétrole. En résumé, une fois que les compagnies pétrolières ont extrait autant de pétrole que possible sous l'action de l'eau et de la pression, elles ajoutent du CO₂ pour en faire sortir davantage. Celui-ci agit comme un solvant, il rend le pétrole moins collant et plus facile à extraire. Au cours de ce processus, une grande partie du CO₂ est aspirée par le sol et stockée de manière permanente. C'est un bon moyen de réduire l'empreinte carbone de l'extraction du pétrole, mais nous devons minimiser notre dépendance aux combustibles fossiles et trouver d'autres usages au carbone capturé.

L'un d'eux semble particulièrement prometteur : le béton, qui est aussi le matériau de fabrication humaine le plus présent dans le monde. Nous en fabriquons 40 milliards de tonnes chaque année, et rien n'indique que nous allons ralentir. En effet, on estime que la construction de nouveaux édifices couvrira plus de six cents milliards de mètres carrés supplémentaires d'ici 2060.Note de pied de page 1 Cela revient à bâtir une ville comme New York tous les mois pendant les 40 prochaines années.

Bien que le béton soit un matériau de construction fiable, il n'est pas écologique pour le moment. Sa production représente 8 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre.Note de pied de page 2

Et si nous pouvions capturer et stocker le carbone dans ce béton pour réduire son impact environnemental global ?

Béton ou ciment ?

Le béton et le ciment ne font pas référence au même produit. Le béton est le produit final ; il est composé de ciment, d'eau et de roche ou de sable réduits en poudre. Le ciment est un mélange de minéraux qui réagit et se solidifie au contact de l'eau. Pour utiliser la métaphore du gâteau, disons que le ciment correspond à la farine et le béton au dessert terminé.

La fabrication du ciment est extrêmement gourmande en énergie et dépend presque toujours des combustibles fossiles. En outre, la majeure partie du ciment est fabriquée en chauffant du calcaire à très haute température, lequel émet du CO₂ lorsqu'il se transforme en chaux.

Présentation de l'entreprise

CarbonCure

Le PDG de CarbonCure, Robert Niven, a créé sa première entreprise avant l'âge de 12 ans en revendant des autocollants à ses camarades d'école. Il a trouvé sa grande idée d'entreprise en assistant à la Conférence de Montréal sur le changement climatique organisée par l'ONU en 2005, où il a découvert les perspectives offertes par la capture et le stockage du carbone. Fort des connaissances acquises pendant ses études d'ingénierie sur le stockage permanent du CO₂ dans le béton, il a fondé CarbonCure.

Il est parti du principe que les êtres humains n'allaient pas cesser d'utiliser le béton dans leurs constructions de sitôt. Dès lors, pourquoi ne pas s'associer au secteur gigantesque du béton pour créer des matériaux plus écologiques ?

La technologie de CarbonCure fonctionne comme suit : les émissions de CO₂ sont recueillies et purifiées, puis transportées et stockées sur les sites des usines de béton, avant d'être injectées dans le béton au cours du processus de brassage. Le CO₂ injecté réagit avec le mélange et se transforme en minéral.

Le béton qui en résulte est plus solide que la version classique, et il exige une quantité inférieure de son ingrédient le plus coûteux : le ciment. Par conséquent, chaque mètre cube de béton injecté de CO₂ permet d'économiser une moyenne d'environ 15 kilos d'émissions de CO₂. Un bâtiment standard de hauteur moyenne bâti avec ce produit empêcherait approximativement 680 000 kilos de CO₂ de pénétrer dans l'atmosphère. C'est l'équivalent du CO₂ absorbé par environ 3,6 kilomètres carrés de forêt en un an. En outre, le CO₂ minéralisé peut être vendu sous forme de crédits d'élimination du carbone, ce qui rend le processus encore plus lucratif.

CarbonCure travaille déjà avec environ 300 usines de béton. Le carbone que l'entreprise a minéralisé dans le béton représente 90 % de la quantité totale de carbone qui a été capturée, utilisée et stockée – un processus connu sous l'expression « Captage, stockage et valorisation du carbone ». D'ici 2030, l'entreprise ambitionne d'empêcher 500 mégatonnes (soit 550 millions de tonnes) d'émissions de CO₂ d'atteindre l'atmosphère chaque année.

Shopify a choisi d'acheter des crédits de compensation carbone à CarbonCure parce que nous croyons qu'il est nécessaire de créer un marché pour le CO₂ en tant que produit valorisable. Notre investissement signale aux producteurs de béton qu'il existe une demande liée au CO₂, et nous espérons qu'ils seront plus nombreux à signer un contrat de collaboration avec CarbonCure en conséquence. Lorsque cela arrivera, des secteurs comme celui de la capture directe du dioxyde de carbone bénéficieront de nouvelles sources de revenus et pourront faire baisser les coûts de leurs processus.

« Le ciment est l'épine dorsale de la société moderne, et ce n'est pas près de changer. En raison de son abondance, le ciment fabriqué avec le dioxyde de carbone capturé représente une énorme opportunité de réduction du carbone, avec des avantages immédiats et à long terme pour le climat. »

– Robert Niven, fondateur et PDG de CarbonCure