E-commerce et Paiement en Ligne par Carte Bancaire : 4 Erreurs à Éviter

E-commerce et Paiement en Ligne par Carte Bancaire : 4 Erreurs à Éviter

E-commerce et Paiement en Ligne par Carte Bancaire_4 Erreurs à éviter

Lorsque le e-commerce fut introduit en tant que nouveau concept, la majorité des personnes pensaient qu’il était difficile et coûteux de le mettre en place. En effet, lorsque les fonctionnalités e-commerce sont apparues, il était souvent difficile et compliqué de les installer. Il s’agissait d’une réalité depuis la perspective de l’acceptation des cartes de crédit Visa/MasterCard, et depuis la perspective technologique du panier d’achat.

Si nous comparons cela avec la situation d’aujourd’hui, nous pouvons remarquer que l’e-commerce s’est transformé en une pratique courante. Des plateformes technologiques telles que Shopify existent pour rendre l’e-commerce accessible même pour les startups et les nouvelles entreprises. De manière similaire, la plupart des banques et des solutions de traitement des paiements par cartes de crédit ne considèrent plus l’e-commerce comment étant une activité à risque élevé. Il est beaucoup plus facile aujourd’hui d’ouvrir un compte marchand pour accepter les paiements en ligne par carte de crédit que cela ne l’était lors de l’avènement de l’e-commerce.

Malheureusement (et peut-être comme conséquence du fait que l’e-commerce soit devenu tellement accessible), certains propriétaires d’entreprises ont tendance à signer des contrats avec des sociétés commerciales de traitement des paiements par carte bancaire sans savoir ce dans quoi ils s’engagent. Il s’agit là d’une erreur grave. Un propriétaire d’entreprise doit faire des recherches et faire preuve de diligence avant de sélectionner sa solution de paiement par carte de crédit.

Votre prestataire de services de traitement des paiements par cartes de crédit vous fournira un compte marchand. Ce compte marchand servira à recueillir les fonds des ventes réalisées par cartes de crédit. Vous paierez des frais à votre solution de paiement e-commerce pour ce service, et vous devez vous assurer qu’il sera à la hauteur de vos attentes. Cet article vous aidera à éviter certaines des erreurs les plus courantes et les plus graves que les propriétaires d’entreprises commettent à l’heure de choisir leur solution de paiement en ligne par carte de crédit.

Avant de Lire la Suite

Dans cet article, je vais vous éclairer concernant certaines pratiques trompeuses utilisées par certaines solutions de paiement par carte de crédit

Je voudrais ajouter que ces exemples ne reflètent en aucun cas les pratiques utilisées dans l’industrie des paiements dans son ensemble. Il existe un grand nombre de professionnels honnêtes et sérieux dans l’industrie des services destinés aux commerçants. La plupart des solutions de paiement en ligne par carte bancaire qui sont bien établies ont construit leur succès en fournissant des efforts supplémentaires et en assistant leurs clients. En résumé, il existe beaucoup de bonnes options parmi lesquelles choisir.

Le but de cet article est de vous transmettre les connaissances nécessaires pour que vous puissiez choisir votre solution de paiement en ligne par carte bancaire en toute confiance. Les propriétaires d’entreprises devraient connaître et garder à l’esprit la plupart des informations contenues dans cet article. Même si ces informations peuvent paraître évidentes, elles sont souvent ignorées par la plupart des commerçants.

Sur cette note, je vais poursuivre en posant la question la plus importante…

Avez-vous réellement lu les conditions générales de vente et d’utilisation de l’accord commercial ?

En effectuant vos recherches pour trouver votre solution de paiement par carte de crédit, vous allez discuter avec beaucoup de commerciaux différents et recevoir de nombreux devis. Cependant, vous ne pouvez pas simplement prendre votre décision et commencer à accepter des paiements immédiatement. Pour ouvrir un compte bancaire marchand, vous allez devoir soumettre une demande et attendre de recevoir une autorisation pour utiliser le service.

Une partie de la paperasse relative à la demande inclura les conditions générales de vente et d’utilisation ainsi que les conditions de l’accord commercial. Les CGVU gouverneront l’usage du service et la relation entre votre entreprise et la solution de paiement e-commerce. Ce sont des documents très importants.

Il devrait être évident de penser à lire les CGVU de l’accord commercial avant de le signer et de soumettre votre demande. Pourquoi quelqu’un signerait-il un accord sans le lire ? La raison est assez simple, et toute personne possédant un compte marchand devrait connaître la réponse : ce sont de longs documents juridiques remplis de jargon spécialisé et d’expressions ambiguës.

Après avoir jeté un coup d’œil aux documents, la plupart des gens ne s’embêtent pas à les lire. Nous avons tous été sur des sites ou installé des logiciels qui incluaient des conditions d’utilisation à long terme devant être acceptées avant de pouvoir continuer. Il n’y a que très peu de personnes (ou presque personne) qui lisent réellement ces documents. Votre accord de compte marchant ne devrait pas appartenir à cette catégorie, sinon, cela aura un impact majeur sur votre entreprise et nécessitera de l’attention. Même si ce ne sera sûrement pas une lecture passionnante, en tant que propriétaire d’entreprise, vous devez prendre le temps de passer en revue rapidement la totalité du contrat. Le but n’étant pas bien sûr d’examiner le langage ou d’essayer de l’analyser comme le ferait un avocat. Les éléments que vous devriez rechercher sont les « signaux d’alarme ». Si certains points ne semblent pas très clairs, vous devrez en discuter avec votre solution potentielle de paiement e-commerce avant de continuer. Si vous ne le faites pas, vous pourriez rencontrer quelques difficultés frustrantes par la suite.

La raison la plus fréquente à l’origine de ces difficultés se rapporte à la fluctuation des tarifs que certains processeurs de paiement n’expliquent pas très clairement.

Faites Attention aux Frais Cachés et aux Fluctuations des Tarifs

La plupart des marchands sont naturellement très préoccupés lorsqu’il s’agit des tarifs pratiqués par leur solution de paiement en ligne. Le prix est toujours l’un des facteurs décisifs à l’heure de choisir une solution de paiement e-commerce.

La frustration la plus fréquente que les marchands éprouvent après avoir signé l’accord commercial est qu’ils ne reçoivent pas les prix que le commercial leur avait promis. Cela se produit pour deux raisons :

  1. Le commerçant n’a pas une bonne compréhension de la tarification pratiquée dans l’industrie des paiements.
  2. Plus important encore, le commercial pourrait ne pas avoir été honnête. Le propriétaire d’entreprise a accepté une offre verbale ou par e-mail, mais n’a pas lu l’accord pour s’assurer qu’il allait recevoir ce que le commercial lui avait promis.

Les termes employés dans l’industrie des services pour les commerçants prêtent à confusion. En fait, la tarification pratiquée dans cette industrie est un sujet qui mérite d’être développé dans un article distinct, mais nous allons en parler assez ici pour comprendre les bases de ce problème. La chose la plus importante à retenir est que le taux que vous payez varie selon le type de carte bancaire utilisée. Cela est dû au « coût d’interchange » (ou « interchange cost ») (le coût de Visa ou de MasterCard), qui varie en fonction du type de carte utilisée. Il est légèrement plus coûteux de traiter les paiements provenant de cartes qui incluent des avantages pour le titulaire de la carte (comme une carte « d’airmiles ») et de cartes d’entreprise. Certaines solutions de paiement pourraient offrir une tarification fixe, et dans ce cas le type de carte n’a aucune influence sur le taux prélevé, mais il s’agit encore d’une pratique peu courante. Les variations de prix sont beaucoup plus courantes parce que Visa et MasterCard ont mis en place des frais d’interchange qui varient en fonction du type de carte utilisée.

En sachant que les tarifs de la solution de paiement varient en fonction du type de carte utilisée, nous pouvons maintenant comprendre pourquoi les tarifs proposés aux commerçants varient souvent. Armés de ces connaissances, nous pouvons maintenant discuter du grand piège relatif aux tarifs pratiqués dans l’industrie. Le pire piège se produit lorsqu’un commercial annonce des taux très réduits, (souvent inférieurs à ceux de la solution de paiement par carte de crédit), mais n’explique pas au commerçant que le prix peut varier.

Je vais vous donner un exemple. Un commercial « louche » vous annonce un taux réduit de 1,49 % (qui, pour le mentionner, est très en dessous du coût d’une transaction e-commerce). Cependant, il ne mentionne pas que ce taux s’applique seulement aux transactions réalisées par cartes de crédit par le biais d’un terminal de paiement électronique. Combien de fois vous servez-vous d’un terminal de paiement électronique pour traiter vos transactions e-commerce ? Jamais. Vous ne paierez jamais ce taux-là.

Comment pouvez-vous éviter ce problème ? Avec un peu de bon sens et une connaissance basique de la table d’interchange. Le cas mentionné auparavant est un cas classique où vous recevez une proposition de prix qui est « trop belle pour être vraie », et dans ce cas il vous faudra suivre votre bon sens. (En outre, faites très attention si le taux vous paraît trop bas et si le commercial ne mentionne pas du tout les cartes premium, d’entreprise ou étrangères.)

Il est important de noter que lorsque les frais d’interchange varient, la solution de paiement par carte de crédit doit transférer cette augmentation de coût au commerçant. Visa et MasterCard ont établi leur tarification ainsi ; et il n’y a rien de mal à cela, du moment que le commercial l’explique clairement au client. Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas.

Nous comprenons maintenant la manière dont les tactiques de fixation des prix peuvent être utilisées, mais pas l’étendue des dommages qu’elles peuvent causer. Les dommages surviennent lorsqu’un processeur de cartes de crédit rajoute un supplément inattendu en plus des frais supplémentaires de Visa ou MasterCard lorsqu’une carte d’entreprise ou premium est utilisée. (Lorsque cela se produit, on considère souvent cette transaction comme étant « non admissible »). Si une carte « Visa infinite » est utilisée, le coût de la solution de paiement augmente de 0,2 % au Canada. Cependant, que se passerait-il si la solution de paiement rajoutait un supplément additionnel de 1 % chaque fois qu’une carte Visa infinite est utilisée ? Il convient de mentionner toutefois qu’il n’y a rien de mal à ce qu’un processeur de paiement rajoute des frais supplémentaires pour le service qu’il fournit. La pratique consistant à surfacturer pour les cartes premium est acceptable ; si le marchand en a été informé à l’avance. Malheureusement, certaines solutions de paiement en ligne moins scrupuleuses ne mentionnent pas ces points, et c’est pourquoi tellement de propriétaires d’entreprises finissent par payer un prix beaucoup plus élevé que celui auquel ils s’attendaient.

Nous pouvons maintenant créer un exemple simple. Un marchand reçoit un devis avec un taux de 1,5 % (remarque : ce taux est généralement « trop beau pour être vrai », et se situe bien en dessous des frais d’interchange pour les transactions e-commerce). La solution de paiement possède une surcharge de 2 % dissimulée dans le tableau des prix de l’accord commercial, qui s’appliquera chaque fois que des cartes premium sont utilisées. Le marchand traite une carte de crédit premium et son taux de 1,5 % se transforme en 3,5 % (ou plus).

Si le marchand avait pris le temps de lire l’accord en entier et d’examiner le tableau des prix, il aurait aperçu les paragraphes traitant des déductions et des cartes de crédit premium. Il aurait alors pu demander plus d’informations au commercial et éviter le problème.

En règle générale, si en discutant de la tarification avec le commercial, celui-ci ne mentionne pas les cartes premium ou l’interchange, considérez cela comme un important signal d’alarme. Cependant, même si vous demandez des informations à propos des taux pratiqués pour les différentes cartes de crédit, ce n’est pas suffisant, car il existe deux types de processeurs de paiements par carte bancaire dans l’industrie. Lorsque le personnel d’un processeur travaille selon un modèle de gestion des comptes, avec un nombre réduit de comptes par consultant, les agents vont en général toujours pouvoir expliquer proprement la tarification qui est appliquée.

L’autre modèle utilisé par certains processeurs qui gèrent un grand nombre d’entreprises repose sur l’utilisation du personnel d’un centre d’appel pour appeler « à froid » des milliers d’entreprises, dans le but de générer des prospects et de l’intérêt. Les employés du centre d’appel suivent un script et ne peuvent pas trop s’en éloigner. Leur but est d’inciter les marchands à soumettre une demande. Ces employés sont très mal formés, et très souvent, ne comprennent même pas la signification de l’interchange. Ces employés moins qualifiés ne sont pas capables d’informer proprement le propriétaire d’entreprise au sujet de la tarification (même s’il leur demande des informations à ce sujet) ; et donc, vous devriez toujours faire vos recherches vous-même en lisant l’accord commercial. Il est important de noter que les solutions de paiement qui opèrent un modèle de centre d’appel peuvent être très facilement identifiées en recherchant des plaintes sur Google.

Pour évaluer une solution de paiement par carte bancaire, il vous suffit de tester le commercial, en sachant que celui-ci devrait être très bien informé et transparent concernant tous les détails de l’offre. Il devrait être en mesure de vous expliquer clairement tous les détails relatifs aux taux de traitement pratiqués. Il devrait comprendre ce que l’interchange signifie. Si vous comprenez l’interchange mieux que le commercial qui essaie de vous vendre un compte, vous devriez considérer cela comme un grand signal d’alarme.

Lisez l’accord et prêtez une attention particulière aux clauses qui traitent des taux, des estimations et des déductions des associations de cartes de crédit (Visa et MasterCard). Faites attention à tout ce qui pourrait constituer des frais supplémentaires et assurez-vous de comprendre la tarification avant de signer le contrat.

Prenez en compte la durée de l’accord et les pénalités de résiliation anticipée

Plusieurs propriétaires d’entreprises ne semblent pas réaliser que l’accord entre le commerçant et la solution de paiement forme un contrat. Cet accord possède une durée contractuelle. Chaque processeur majeur au Canada et aux États-Unis possède une durée de contrat. (PayPal est l’exception, car en réalité, la société ne fournit pas de compte marchand, mais traite les transactions par le biais de son propre compte marchand)

Plusieurs raisons justifient l’existence d’un accord entre la solution de paiement et le commerçant. Sans nous éloigner du sujet de cet article, l’une des raisons est le coût.

L’ouverture d’un compte marchand pour une entreprise est coûteuse et requiert beaucoup de formalités pour le processeur. Pour simplifier au maximum un processus quelque peu complexe, la solution de paiement doit compléter une vérification KYC (« Know Your Client » « Connaître Votre Client ») et d’autres formalités pour s’assurer que l’entreprise ne possède pas d’historique de fraude et qu’il s’agit d’une entreprise stable et fiable. Cela implique des coûts à différentes étapes du processus qui sont liés entre autres à l’établissement des rapports de solvabilité, à des coûts technologiques, ainsi qu’à des frais dus aux associations de cartes de crédit et aux fournisseurs impliqués dans le flux de la transaction. Les coûts sont donc considérables pour la solution de paiement et les différentes formalités requièrent beaucoup d’efforts, mais dans l’environnement concurrentiel d’aujourd’hui, plusieurs solutions de paiement vont travailler à perte pour accepter un commerçant, et cela même si des honoraires symboliques sont facturés. Le commerçant devra accepter des paiements pendant une durée de temps considérable avant que la solution de paiement ne génère des profits provenant de ce compte. Il s’agit de l’une des raisons pour lesquelles les contrats incluent une durée contractuelle bien précise. La durée contractuelle avec presque la majorité des processeurs de paiement connus au Canada est généralement la même : 3 ans. Aux États-Unis, elle se situe entre 3 et 5 ans. En Europe, elle est généralement fixée à 1 an.

En comprenant que chaque accord avec un processeur de paiement inclut une durée contractuelle, il y a presque toujours une pénalité de résiliation anticipée. La plupart des processeurs spécifient des frais de résiliation anticipée, en fonction du tarif mensuel. Par exemple, si vous avez signé un accord standard d’une durée de 3 ans (36 mois) et que vous le résiliez après la première année, cela signifie qu’il vous reste encore 24 mois de contrat. Si vos frais mensuels s’élevaient à 50 $, vous n’auriez qu’à multiplier les frais mensuels par le nombre restant de mois inclus dans la durée contractuelle qui n’ont pas été payés. (50 $ x 24 mois) = 1,200 $. Gardez à l’esprit qu’il s’agit seulement d’un exemple.

Les startups devraient prendre ces frais de résiliation anticipée sérieusement en compte. Malgré les meilleurs efforts et intentions des propriétaires d’entreprises, il y a beaucoup de nouvelles entreprises qui échouent. Dans certains cas, un propriétaire d’entreprise devra fermer les portes si l’entreprise ne génère pas assez de revenus. Financièrement parlant, un propriétaire d’entreprise en faillite est très vulnérable. Donc les frais de résiliation anticipée devraient être pris en compte avant de signer le contrat. Certains processeurs néanmoins peuvent très bien convenir aux startups, et peuvent être très flexibles avec les commerçants qui se trouvent dans cette situation. Si vous gérez une startup et qu’une solution de paiement vous intéresse en particulier, vous devriez demander des informations concernant la pénalité de résiliation. Un bon processeur de paiement comprendra vos préoccupations, et vous aidera à trouver des solutions. Différents processeurs vont fournir différentes solutions à cette situation. Il s’agit là de trouver la solution la mieux adaptée au problème. Si vous gérez une startup et que ce problème n’a pas été considéré, choisissez une solution de paiement e-commerce qui comprendra vos préoccupations et qui vous soutiendra.

Avez-vous accepté des engagements de volume ?

Les contrats de certaines solutions de paiement par carte bancaire incluent des engagements de volume qu’un commerçant doit satisfaire. En d’autres mots, un commerçant doit traiter une somme X de dollars par mois. Si le commerçant ne remplit pas cet engagement de volume, alors le taux pourrait augmenter ou d’autres sanctions pourraient être appliquées. Cette pratique n’existe pratiquement pas au Canada ni en Europe. Cependant, beaucoup de solutions de paiement par carte de crédit aux États-Unis l’utilisent. Une telle clause n’est pas juste pour la plupart des petites et moyennes entreprises, et elle est absolument scandaleuse pour les startups. Faites attention et assurez-vous qu’il n’existe pas d’engagement de volume inclus dans votre accord avec votre solution de paiement par carte de crédit.

Comme commentaire à la marge de la discussion au sujet des engagements de volume, dans certains cas les frais sont raisonnables. Par exemple, les propriétaires d’une entreprise bien établie qui traite 10 millions de dollars de ventes par mois devraient pouvoir négocier un taux très bas. Le processeur de paiement pourrait dérouler le tapis rouge et leur proposer une très bonne affaire. Mais si le commerçant n’arrive pas à respecter ce volume élevé de transactions, le processeur pourrait subir des pertes (ou ne pas générer de bénéfice), et dans ce cas le fait d’accepter le compte aurait été une mauvaise idée. Encore une fois, ce n’est pas quelque chose qui s’applique aux petites et moyennes entreprises. Je mentionne ce point uniquement pour une seule raison, qui est de montrer que ce sont des motifs signifiants et bien fondés qui ont donné lieu à plusieurs des « combines de prix » qui existent dans l’industrie. L’important est de savoir quand et comment une règle est appliquée. S’il y a une situation que vous devriez éviter, c’est de signer un accord qui contient une clause dont vous n’aviez pas pris connaissance et qui impactera négativement votre entreprise.

Notez aussi que les engagements de volume que nous avons abordé dans cette section ne doivent pas être confondus avec des frais mensuels minimums, qui sont des frais standards servant à aider la solution de paiement par carte de crédit à couvrir les coûts générés par les comptes dormants ou inactifs. Le paiement de frais mensuels raisonnables est quelque chose de commun et d’équitable, à condition que cela soit clairement communiqué au commerçant.

Utilisez la concurrence à votre avantage

Si en négociant un compte avec une solution de paiement e-commerce lors de votre recherche, celle-ci vous propose des taux trop avantageux et que vous pensez que son offre cache quelque chose, vous pourriez l’utiliser pour négocier avec la solution de paiement située en deuxième position de votre liste. Plusieurs clients sont déjà venus me voir avec des taux qui leur ont été proposés et qui sont inférieurs à l’interchange. Ils ont pensé que cela paraissait trop beau pour être vrai, et dans certains cas ce l’était vraiment. Il est plus facile pour quelqu’un ayant de l’expertise dans l’industrie de détecter des techniques de prix douteuses que pour une personne ne maîtrisant pas le sujet. Je dois faire attention aux conseils que je donne à cet égard car certaines solutions de paiement en ligne considèrent que leurs documents de candidature sont confidentiels et qu’ils ne doivent pas être partagés avec d’autres personnes. Cependant, rien ne vous empêche de discuter d’un taux qui vous a été spécifié verbalement. Essayez de tirer parti de l’expertise des personnes que vous connaissez pour y voir plus clair et obtenir le meilleur arrangement et le plus de valeur possible.

Conclusion

Cet article n’est en aucun cas destiné à donner une mauvaise image d’une quelconque solution de paiement en ligne. Comme je l’ai mentionné plus haut, la plupart des processeurs de paiements par cartes de crédit travaillent dur et sont honnêtes. Les gens sérieux et professionnels prédominent. Donc, ne soyez pas timide ou intimidé à l’heure de choisir votre solution de paiement.

Rappelez-vous que votre solution de paiement par carte de crédit gagnera un peu d’argent chaque fois que vous traiterez une vente. Il serait dans leur intérêt de vous voir réussir, et elles devraient faire tout ce qui est en leur possible pour vous aider. Si vous suivez les conseils énoncés dans cet article, vous devriez être en mesure d’ouvrir un compte avec un processeur de paiement sérieux et honnête. Faites attention aux signaux d’alarme dont nous avons parlé.

Si vous avez des questions ou des préoccupations à propos de n’importe quel aspect de votre accord, vous devez en discuter. L’industrie des paiements est une industrie dans laquelle il n’existe pas de questions stupides. Chaque fois que vous soulevez une préoccupation, vous devriez recevoir une réponse directe et détaillée. Et faites surtout confiance à votre instinct. Si l’on vous propose une offre, mais que vous sentez que vous ne devriez pas l’accepter, faites confiance à votre intuition et continuez à chercher jusqu’à trouver une offre qui vous tranquillise l‘esprit.

Si vous êtes bien informé, si vous lisez votre contrat, et si vous discutez des points développés dans cet article avec le fournisseur que vous avez choisi, vous finirez par avoir une solution de paiement stable qui pourra vous aider à construire votre e-commerce pour les années à venir.

Cet article a été rédigé par David Goodale, qui est le directeur général de MerchantAccounts.ca. David possède plus de 10 ans d’expérience dans l’industrie des paiements e-commerce internationaux et multidevises.

Merchant Accounts.ca est un leader du traitement des paiements par cartes de crédit et se spécialise dans le traitement des transactions multidevises, pouvant aider ainsi les entreprises à mettre en place une solution de paiement par carte de crédit qui accepte différentes devises telles que EUR, USD, GBP, CAD, AUD et JPY. Avec un modèle d’entreprise centré sur le client, chaque marchand est pris en charge de manière individualisée par le même gestionnaire de compte, et ce pour toute la durée de vie du compte en question. Ce modèle personnalisé de prise en charge des clients permet aux petites entreprises qui démarrent à peine dans le monde du e-commerce de facilement mettre en œuvre une solution de traitement des paiements e-commerce. Pour plus d’informations, visitez le site web Merchant Accounts.ca.

Sujets:

Laisser un commentaire ...

Démarrez votre essai gratuit de 14 jours dès aujourd’hui !