Blogs Shopify

L’impact environnemental planétaire du travail à distance

L’impact environnemental planétaire du travail à distance
Article publié initialement sur le blog anglais de Shopify et écrit par Stacy Kauk, Director of Shopify’s Sustainability Fund.


En mai 2020, Shopify annonçait l'adoption d'une nouvelle approche de travail avant-gardiste, celle du « Digital par défaut ». Cela signifie que nos bureaux resteront fermés jusqu'en 2021. Et après cette date, la plupart de nos employés travailleront à distance de manière permanente.

Pour reprendre les mots de notre CEO Tobi Lütke, « l’orientation vers le travail au bureau touche à sa fin ».

Alors que Shopify prévoit cette nouvelle réalité, une question se pose :

Comment la digitalisation impacte-t-elle les émissions de carbone de l’entreprise ?

Pour pouvoir répondre à cette question, nous menons une étude pour déterminer l'impact du télétravail sur la consommation d'énergie et les émissions de carbone. Nous prévoyons de rendre nos résultats publics, sur la base des données que nous recueillons auprès de notre base d'employés répartis à travers le monde.

Émissions de carbone dans un monde numérique

En octobre 2019, Tobi partageait une pensée qui le troublait depuis des années : il y a trop de carbone dans l'air. Il a promis d’allouer 5 millions de dollars par an au Fonds Shopify pour la durabilité, afin de promouvoir l’investissement dans des technologies qui pourraient contribuer à résoudre la crise climatique.

Tobi a embauché Stacy Kauk, directrice du Fonds Shopify pour la durabilité, pour gérer ce Fonds. Elle est ingénieure en environnement de formation. Depuis qu'elle a rejoint l'équipe de Shopify, elle a accéléré nos opérations afin de pouvoir distribuer le budget de notre Fonds aux bons projets, et au bon moment.

Nous nous sommes engagés publiquement à avoir une empreinte neutre en carbone, et nous sommes sur la bonne voie pour atteindre l’objectif zéro carbone en supprimant définitivement le CO2 du cycle du carbone. Nous avons publié un guide pratique sur notre processus de sélection des compensations carbone. Et comme de nombreuses entreprises, nous mesurons, suivons et traitons notre consommation d’énergie dans nos bureaux en achetant des compensations carbone et des crédits d’énergie renouvelable. Mais le passage au « Digital par défaut » a changé la donne.

Désormais, les émissions de notre entreprise ne sont plus centralisées au sein d'espaces de bureaux dédiés. Au lieu de cela, elles sont intégrées dans les bureaux à domicile de plus de 6 000 employés Shopify répartis dans le monde entier. Cela ne change rien à notre engagement en faveur du climat. Mais cela présente de nouveaux défis.

Cette nouvelle norme de télétravail va-t-elle augmenter ou diminuer notre consommation d'énergie et nos émissions de carbone ? Celles-ci resteront-elles inchangées ? Que peut-on mesurer ? Que faut-il prendre en compte ?

Nous avons parcouru les recherches existantes pour déterminer si des réponses ont déjà été apportées à ces questions. Malheureusement, ce n’est pas le cas.

Le travail à domicile a-t-il un impact positif ou négatif sur l'environnement ?

Télétravail

La revue en ligne IOPscience a récemment publié une critique de 39 études liées aux différents impacts du télétravail sur le climat. Vingt-six de ces études suggèrent que le travail à domicile réduit la consommation d'énergie, et huit ont révélé que le télétravail pouvait augmenter ou avoir le même impact sur la consommation d'énergie.

Le problème qui se pose est que chaque étude incluse dans cette critique utilise des méthodologies, des portées et des hypothèses différentes. Chaque cas est unique, et les résultats varient en fonction des activités incluses et exclues. Certaines études visaient à calculer la consommation d'énergie d’une seule personne ; d'autres ont pris en compte un pourcentage de la population. Certaines études suivaient les trajets parcourus quelques jours par semaine ou par mois ; d’autres prenaient en compte chaque jour de travail. La plupart des études sont restées focalisées sur une catégorie restreinte d’impacts, comme les déplacements nécessaires au bureau, car c’est un indicateur plus facile à mesurer. Mais il y a tellement d’autres facteurs qui doivent être pris en compte.

Pour l'instant, on ne sait toujours pas si le travail à domicile entraîne l’augmentation des émissions, leur diminution, ou des émissions égales par rapport au travail de bureau classique.

Changements de comportement induits par le travail à domicile

Changements de comportement induits par le travail à domicile

Le travail à distance peut créer des effets dominos qui modifient considérablement le comportement des gens. Cela sera-t-il bénéfique pour le climat ? Nous ne le savons pas encore.

L'avantage premier et le plus évident du travail à distance est qu'il élimine les émissions de carbone des déplacements des employés. Mais la situation générale est beaucoup plus compliquée. Les nouveaux environnements de travail entraînent des changements dans le comportement des employés qui sont difficiles à mesurer et impossibles à prévoir. Ces répercussions pourraient l'emporter sur les avantages de la suppression des trajets du domicile au bureau.

« Pour l'instant, on ne sait toujours pas si le travail à domicile entraîne l’augmentation des émissions, leur diminution, ou des émissions égales par rapport au travail de bureau classique. »

Trajets de déplacement au bureau

Certains employés peuvent décider de déménager en dehors de la ville, car ils n'ont plus besoin d'être à proximité du lieu de travail. Ainsi, même s'ils économisent de l'énergie en évitant les trajets quotidiens de déplacement au bureau, ils pourraient en réalité générer plus d'émissions en parcourant de plus longues distances pour assister à des événements sociaux, faire des courses, ou passer occasionnellement au bureau. Ils pourraient peut-être ne plus pouvoir utiliser les transports en commun, et acheter une voiture à la place.

Une étude de recherche sur les trajets de déplacement du domicile au bureau menée par l’Université de Newcastle a révélé que les personnes vivant à plus de 50 kilomètres du lieu de travail réalisaient environ 7 % des déplacements, mais que leurs déplacements généraient 60 % des émissions de carbone étudiées. Plus le trajet est long, plus les émissions sont importantes, surtout lorsqu'un véhicule ne transporte qu'une seule personne, par comparaison à un bus ou un train qui minimisent les émissions individuelles.

Consommation d'énergie

Le travail à distance peut également entraîner une augmentation de la consommation d'énergie dans le domicile, qui découlerait d’une utilisation plus intensive du chauffage, de la cuisine et de l'éclairage, entre autres. Une étude de WSP a révélé que le travail à domicile pendant l'été entraînait une réduction de 5 % des émissions annuelles d’une personne ayant l’habitude de se rendre au bureau régulièrement. Mais en hiver, un employé typique travaillant à domicile produisait environ 80 % d'émissions de carbone supplémentaires par rapport à quelqu'un travaillant depuis un bureau. Le chauffage du domicile de chaque personne tout au long de la journée de travail n’est pas aussi efficace que le chauffage central d’un espace de bureaux. Étant donné que la plupart des employés de Shopify sont basés au Canada où le climat est rude, ce facteur va probablement impacter nos recherches.

Changements de style de vie

Nous nous posons également d'autres questions : est-ce qu’il y aura plus d'employés qui commanderont régulièrement leurs repas et qui réaliseront davantage d'achats en ligne, augmentant ainsi leurs émissions de carbone globales liées à l'expédition ? À quelle température les gens chaufferont-ils leur maison ? Quel(s) système de chauffage et/ou de climatisation utiliseront-ils ? Y aura-t-il beaucoup de personnes qui s’éloigneront de la ville ? Ces personnes vont-elles louer ou acheter une maison plus grande s'ils passent désormais plus de temps à domicile ? Pourront-elles toujours utiliser le vélo (le cas échéant) comme leur moyen de transport principal ? Ce sont toutes des questions auxquelles nous cherchons à répondre.

Le changement climatique est une urgence

Le changement climatique est une urgence

La durabilité environnementale doit être intégrée dans la conception de chaque volet de l’entreprise. Elle ne peut plus être ignorée. Si nous bâtissons pour le long terme, la protection de la planète doit être considérée dans notre manière de concevoir des produits, des services et des systèmes pour notre écosystème dans son intégralité.

Shopify a l'opportunité d'intégrer la sensibilisation au changement climatique dans le tissu de sa stratégie axée sur le Digital par défaut. Nous irons au-delà des indicateurs qui sont simples à mesurer, en quantifiant les changements de comportement des employés et en essayant de peindre une image aussi détaillée et complète que possible du travail à distance.

Les réponses à nos questions se révéleront progressivement dans les mois à venir, à mesure que nous prenons nos marques dans nos nouvelles routines. Nous avons établi une situation de référence datant de 2019 pour notre entreprise qui comptait plus de 6000 employés qui travaillaient de manière centralisée dans nos bureaux, et à mesure que nous adoptons l’approche du Digital par défaut, nous mettons en place des outils pour mesurer notre nouvelle empreinte.

L’engagement climatique de Shopify avec le Digital par défaut

Shopify s’est fixé différents objectifs ambitieux dans le cadre de ses recherches :

  • Comparer l’empreinte carbone de ses bureaux qui a été enregistrée en 2019 avec l’empreinte de son approche Digital par défaut.
  • Explorer des méthodologies pour mesurer, réduire et traiter sa nouvelle empreinte décentralisée.
  • Documenter et mesurer les répercussions qui surviennent à mesure que les employés de Shopify s'adaptent au travail à distance.
  • Rendre les conclusions de ses recherches publiques pour faciliter aux tiers la prise de décisions soucieuses de l’environnement qui pourraient impliquer le travail à domicile.

C'est un énorme effort. Nous disposons désormais de plus de 6 000 bureaux répartis dans le monde entier, avec différents systèmes de chauffage, différents réseaux d'énergie, et avec chaque employé(e) qui prend des décisions différentes maintenant qu'il/elle n'est plus connecté(e) à un bureau central.

Nous serons transparents, quoi qu’il en soit

D’après Stacy, notre approche Digital par défaut créera une empreinte carbone plus réduite qu'auparavant. Mais nous ne le savons pas encore avec certitude, et nous ne faisons pas cela à titre prédictif.

Nous n’avons non plus jamais suivi les déplacements de nos employés — cela n’a jusqu’ici pas fait partie de notre processus de compensation. Nos bureaux ont toujours été soigneusement sélectionnés pour être situés à un emplacement central, à proximité des transports en commun, ainsi que pour être facilement accessibles à la marche. La plupart de nos employés vivaient à proximité de l'un de ces bureaux. Par rapport aux voyages d'affaires, cette partie de notre empreinte carbone a historiquement été faible. Mais nous calculerons rétroactivement la distance des trajets au bureau pour en tenir compte dans notre comparaison globale.

« Nous irons au-delà de ce qui est facile à mesurer pour peindre une image détaillée et complète du travail à distance. »

L’un de nos objectifs est de ne pas avoir d'effets néfastes sur l'environnement. Mais notre objectif principal est de créer une culture productive, efficace et inclusive. Nous serons totalement transparents à mesure que nous découvrons notre nouvelle empreinte, et nous sommes prêts à faire tout ce qui est en notre possible pour équilibrer notre culture d’entreprise avec la gérance de l’environnement.

Nous présenterons nos résultats, quels qu'ils soient, afin de contribuer à une nouvelle compréhension globale de l'impact du travail à domicile sur l’environnement.

Lecture conseillée : Fonds Shopify pour la durabilité : nos investissements pour inverser le changement climatique.

Nous nous digitalisons, en même temps que nos marchands

Le monde entier a été plongé dans cette course effrénée vers la digitalisation. Cela est en train de se produire, que nous l’acceptions ou non.

« La crise du COVID nous met tous au défi de travailler ensemble en adoptant de nouveaux comportements », a écrit Tobi dans un fil Twitter annonçant notre décision du Digital par défaut. « Nous choisissons d’être les meneurs de ce changement, au lieu de simplement suivre la vague. Nous ne pouvons pas revenir à nos anciennes façons de faire. Ce n’est pas un choix ; c'est le futur. »

Un nouveau rapport de Gartner a révélé que 41 % des employés sont susceptibles de travailler à distance, au moins à temps partiel, après la crise du COVID-19, contre 30 % avant la pandémie. Ce n’est pas une tendance à court terme. Le travail à domicile est là pour durer et sera probablement de plus en plus adopté à mesure que de nouvelles normes et de nouveaux outils voient le jour.

À mesure que nous nous dirigeons à grande vitesse vers cette nouvelle réalité, nous aiderons aussi les autres à s'adapter. Oui, nous voulons mieux comprendre et réduire l'empreinte carbone globale de Shopify, mais cet effort s’inscrit dans un objectif plus large qui est d'aider d'autres entrepreneurs à prendre de meilleures décisions axées sur le climat depuis leurs bureaux à domicile.

Si tous les marchands et marchandes Shopify (qui sont déjà plus d’un million) réfléchissent plus profondément à leur impact environnemental, cela pourrait contribuer à un mouvement mondial de développement durable. C’est pourquoi nous faisons tout cela.

Restez à l'écoute pour en savoir plus sur nos conclusions, décisions et les leçons que nous tirons de nos recherches. Si vous avez pris connaissance de certaines études mesurant la consommation d’énergie dans les bureaux à domicile en la comparant à la consommation énergétique des espaces de bureaux classiques, nous serions ravis de les examiner. Envoyez-nous un e-mail à environment@shopify.com, ou laissez un commentaire ci-dessous.

Traduction par Mehdi Chakir. Illustration par Borja Bonaque.