Shopify au quotidien

Pourquoi Shopify s'intéresse davantage au parcours des individus qu'à leur CV

Par Solmaz Shahalizadeh, vice-présidente science et ingénierie des données chez Shopify

La première fois que j'ai réalisé à quel point j'aimais résoudre des problèmes, j'étais à la maternelle en Iran, mon pays d'origine. Il y avait un enfant dans ma classe qui dérangeait tout le monde et l'enseignant nous a demandé : « Que devons-nous faire ? Levez la main si vous pensez que nous devrions déplacer cet enfant dans une autre salle de classe. » Tout le monde a levé la main, sauf moi.Mon professeur m'a demandé si j'avais une meilleure idée. « Si nous lui expliquons pourquoi il nous dérange, peut-être changera-t-il de comportement », ai-je répondu. Je n'essayais pas d'être gentille, mais pragmatique. J'ai compris que nous ne pouvions pas le déplacer continuellement de classe en classe, alors je me suis demandé ce que nous pouvions faire d'autre. Le professeur et mes camarades de classe ont apprécié l'idée. Depuis lors, j'aime résoudre des problèmes et suivre ma curiosité pour rechercher des solutions non conventionnelles.

Cette curiosité m'a amenée à parcourir le monde. J'ai étudié l'informatique à Téhéran, bien qu'ayant très peu programmé auparavant. J'ai déménagé en Suède, où j'ai obtenu mon premier master en bio-informatique, un domaine scientifique qui combine la biologie, l'informatique, les mathématiques et les statistiques pour analyser les phénomènes biologiques. J'ai commencé à travailler dans un laboratoire et je me suis rendu compte que j'étais nulle dans ce type d'environnement. En informatique, vous essayez de comprendre les causes. En biologie, vous essayez souvent d'en accepter plusieurs. Nous n'avons peut-être aucune idée de ce qui cause quelque chose, nous savons simplement que le phénomène se produit. C’était intéressant, mais cela ne me donnait pas la satisfaction que la résolution de problèmes d’informatique me procurait.

Après avoir obtenu mon diplôme en Suède, j'ai poursuivi des études en apprentissage automatique à l'Université McGill à Montréal. Au cours de mon premier jour en tant qu'assistante d'enseignement, je parlais à quelqu'un de tous les endroits où j'avais vécu. « As-tu l'intention de rester au Canada ? », m'a demandé mon interlocuteur. Quel changement, cette question ! Dans d'autres pays, les gens me demandaient quand je comptais retourner dans mon pays. Mais au Canada, je me suis sentie immédiatement accueillie. Je suis tombée amoureuse du multiculturalisme du pays et, en prime, j'ai rencontré mon conjoint ici. J'ai rapidement voulu faire du Canada mon pays d'adoption.

Lorsque j'ai obtenu mon deuxième master, je me suis lancée dans un doctorat, mais le rythme était trop lent pour moi. J'ai reçu une offre d'emploi de la banque d'investissement Morgan Stanley, ce qui me convenait parfaitement à l'époque. J'utilisais des données pour résoudre des problèmes tous les jours. Faire partie d'une grande entreprise m'a appris l'importance de l'éthique professionnelle et de la fiabilité. J'avais de bons managers qui m'ont aidée à progresser, mais au bout d'un an et demi, j'ai commencé à rechercher un nouveau défi.

En 2013, j'ai rencontré un membre de l'équipe des données de Shopify lors d'un hackathon organisé à leur siège social à Ottawa. Il m'a demandé si je souhaitais connaître l'équipe et j'ai accepté de venir la rencontrer. Quand je l'ai fait, j'ai été frappée par la passion de chacun. Ils comprenaient tous parfaitement les problèmes qu’ils cherchaient à résoudre.

Ils étaient également curieux des problèmes que j'avais résolus. Nous avons parlé des projets sur lesquels j'avais travaillé et je leur ai envoyé mes articles de recherche. Shopify ne m’a jamais demandé mon CV, ce qui est une bonne chose, car je ne l’ai pas mis à jour depuis des années. Savoir si j'étais capable de parler intelligemment des projets sur lesquels j'avais travaillé les intéressait davantage. Ça m'a plu. Aujourd'hui, on nous demande notre CV, en règle générale. Mais Shopify s'intéresse davantage au parcours des individus qu'à leur CV.

J'ai officiellement rejoint l'équipe des données de Shopify en octobre 2013. C'était une période passionnante, aussi bien pour Shopify que pour moi. L'équipe était en train de recréer sa plateforme de données et la société se préparait à entrer en bourse. J'ai été immédiatement impliquée dans ces deux aspects. J'avais de l'expérience dans la création de rapports de données financières et j'ai dirigé l'équipe chargée de la création de l'entrepôt de données financières. Mon équipe a analysé chacun des chiffres que l'on trouve dans le prospectus de Shopify (un document obligatoire pour l'entrée en bourse). C'était génial d'avoir si rapidement un impact dans l'entreprise.

Au bout d'un certain temps, je sentais prête à résoudre de nouveaux problèmes. Au début, je craignais que les gens me disent : « Tu es douée pour ça, alors reste où tu es. » Au lieu de cela, le directeur de la technologie de Shopify m'a dit : « Alors, comment comptes-tu t'extraire du poste que tu occupes ? » Je me suis demandé ce qu'il voulait dire. Était-il mécontent de mon travail ? Mais il a déclaré : « Je sais que tu ne resteras pas toujours au même poste. Tu dois trouver celui ou celle qui te remplacera, afin de pouvoir relever un nouveau défi. » Cette perspective était tellement novatrice.

À partir de là, j'ai eu l'occasion d'intégrer l'apprentissage automatique à nos produits à grande échelle. Nous avons commencé par Shopify Capital, où nous fournissons des avances de fonds sur la base de modèles probabilistes fondés sur l'apprentissage automatique, afin que les entreprises indépendantes puissent accéder aux flux de trésorerie dont elles ont besoin pour se développer. Ensuite, j'ai pu créer des équipes pour intégrer l'apprentissage automatique dans de nouveaux domaines, comme la prévention des fraudes et les paiements. Il y avait toujours de nouveaux problèmes intéressants à résoudre.

En 2018, on m'a demandé de diriger toute l'équipe des données de Shopify. Je savais qu'il s'agissait d'une immense responsabilité et j'ai tout fait pour me préparer. À l'époque, notre PDG, Tobi Lütke, m'a dit quelque chose que je n'oublierai jamais : « Tu n'as pas obtenu ce poste parce que tu sais tout. Tu l'as obtenu parce qu'on pense que tu peux le décrypter. »

Aujourd'hui, une grande partie de mon travail consiste à recruter une équipe de direction solide pour travailler à mes côtés. Dans le même esprit que lors de mon recrutement, les diplômes d'études à eux seuls ne sont pas importants pour moi. Ce qui m'intéresse, c'est de connaître les problèmes que les gens ont résolus. J'ai très vite appris que des individus issus de disciplines étonnamment différentes ont traité beaucoup de données et savent le communiquer clairement. Nous avons décroché le jackpot quand nous avons compris cela ! Au lieu de courir exclusivement après les diplômés en informatique, nous recevons maintenant toutes sortes de personnes en entretien. Il y a plusieurs astrophysiciens dans mon équipe, ainsi que des mathématiciens, des biologistes, des économistes... la liste est longue. Ils sont nombreux à posséder un doctorat, et certains sont autodidactes. Je n'ai aucune idée de qui possède quel diplôme.

« Les diplômes d'études à eux seuls ne sont pas importants pour moi. Ce qui m'intéresse, c'est de connaître les problèmes que les gens ont résolus. »

Ce qui m'intéresse davantage chez les candidats, c'est leur curiosité, et les compétences techniques qu'ils utilisent pour suivre cette curiosité. L'avantage, lorsqu'on se concentre sur le potentiel plutôt que sur les études, c'est que l'on se retrouve avec des personnes extraordinaires qui, avec la bonne structure et les opportunités appropriées, libèrent tout leur talent et excellent. Il est gratifiant de voir les gens se développer à travers leurs fonctions. Cela n'a pas fonctionné avec quelques-unes des personnes sur lesquelles nous avions misé, mais engager des personnes d'horizons divers, qui pensent différemment et apportent une perspective nouvelle à l'équipe, n'est jamais une mauvaise idée.

« L'avantage, lorsqu'on se concentre sur le potentiel plutôt que sur les études, c'est que l'on se retrouve avec des personnes extraordinaires qui, avec la bonne structure et les opportunités appropriées, libèrent tout leur talent et excellent. »

Je suis reconnaissante des problèmes que j'ai à résoudre chaque jour chez Shopify. J'ai tellement d'idées dans mon bloc-notes, d'hypothèses que je veux vérifier dans les données pour voir si elles tiennent la route ! Il n'y a jamais eu de journée sans questions auxquelles je tienne à répondre ; des questions qui permettent de résoudre un problème pour nos marchands ou pour Shopify.

« Il n'y a jamais eu de journée sans questions auxquelles je tienne à répondre. »

Le commerce est un monde fascinant, dont nous n’avons fait qu’effleurer la surface. Chaque domaine sur lequel nous travaillons s'accompagne d'un grand nombre de problèmes à résoudre. L'univers tout entier est un objet de curiosité pour nous.

Rencontrez d'autres personnes chez Shopify

Restez près de vos amis... et encore plus près de vos clients

Par Lynsey Thornton, vice-présidente de l'expérience utilisateur chez Shopify

Tout a commencé par un message sur LinkedIn, dont l'objet ne comportait qu'un mot : « Shopify ? » Je venais de quitter l'Irlande pour m'installer à Vancouver. Avant cela, j'avais dirigé une équipe de recherche dans une société de jeux de hasard et d'argent. J'avais trouvé l'expérience intéressante et le terrain excellent pour comprendre en quoi consiste la motivation humaine.

Plus

Comment Shopify m'a aidé à initier un changement mondial depuis le Canada

Par Satish Kanwar, vice-président des produits chez Shopify

Lorsque j'étais plus jeune, je rêvais de mettre au point une technologie qui aiderait les gens partout dans le monde, et ce, depuis ma ville natale de Toronto. Je savais instinctivement que c'était ma mission dans la vie. Mais deux problèmes majeurs se posaient à moi : Toronto comptait très peu d'entreprises locales de technologie à l'époque, et je n'avais aucune formation en ingénierie.

Plus

Ce que la musique, les voiliers et la conception d'excellents produits ont en commun

Par Jean-Michel Lemieux, Directeur de la technologie chez Shopify

Cette aventure d'un mois est le choix que j'ai fait pour mon « intermède », ce congé de quatre semaines offert aux employés de Shopify qui travaillent dans l'entreprise depuis cinq ans. Car je pilote l’organisation de son ingénierie depuis tout ce temps, mais le chemin qui m'y a conduit a commencé bien des années auparavant.

Plus